Lutte contre les nuisibles

Des animaux parfois indésirables

Certaines espèces animales sont considérées comme nuisibles lorsqu’elles représentent un danger pour la nature ou pour l’homme, en mettant en péril la biodiversité ou en transmettant des maladies par exemple.

Le frelon à pattes jaunes ou « frelon asiatique »

Cette espèce a fait son apparition en France en 2004, à Séné en 2013.

La menace qu’il représente s’exerce à deux niveaux :
– Sur les insectes pollinisateurs, notamment les abeilles, qui sont ses proies : il perturbe la ruche, ce qui entraîne des irrégularités dans la récolte du pollen. Les abeilles, stressées, délaissent les larves, la colonie s’affaiblit et est plus sensible aux maladies. La perte massive d’abeilles peut engendrer, à terme, un risque pour les productions végétales et pour la biodiversité en général.
– Sur les habitants, qui peuvent se faire piquer lorsqu’ils dérangent un nid. L’attaque peut être collective et virulente. La piqûre, aussi douloureuse que celle des guêpes ou des frelons communs, peut être dangereuse pour les personnes allergiques. Or, les nids de frelons asiatiques peuvent se mettre partout : dans un arbre bien sûr, mais aussi un abri de jardin, un hangar, un composteur, une haie de lauriers, un roncier, un coffret électrique, un tas de bois, derrière un volet…

Comment reconnaître le frelon asiatique ?

Consulter le site web dédié.

Comment s’en préserver ?

  • Tout d’abord, être vigilant et bien observer les allées et venues des insectes, notamment lorsque l’on a décidé de tailler sa haie
  • En piégeant les futures reines entre février et mai, puis entre septembre et novembre (astuce de fabrication d’un piège à télécharger ci-dessous)
  • En faisant détruire les nids (efficace jusqu’à mi-novembre) par un désinsectiseur référencé, après avoir prévenu le référent « frelons asiatiques » de la mairie (02 97 66 90 62)

Les chenilles processionnaires

Il en existe deux espèces : la chenille du chêne et la chenille du pin. Leurs poils sont très allergisants.

Trois techniques peuvent être mises en œuvre :

  • Lutte collective : s’inscrire en mairie avant fin mars pour la chenille du chêne, et avant fin août pour la chenille du pin. Le coût varie en fonction de la quantité d’arbres à traiter.
  • Lutte individuelle : par piégeage des chenilles lorsqu’elles descendent des arbres. Des pièges sont en vente dans le commerce.
  • En… posant des nichoirs à mésanges ! En période de nidification, un couple de mésanges consomme jusqu’à 500 insectes par jour. La méthode consiste à implanter des nichoirs à mésange près des arbres susceptibles d’être touchés par les chenilles processionnaires.

Les rats, souris et ragondins

Il faut s’inscrire en mairie (02 97 66 90 62) pour pouvoir bénéficier du passage d’une société de dératisation. Le coût est alors pris en charge par la commune. Il y a une opération par trimestre.
En dehors des campagnes collectives, le coût est à la charge de chaque particulier.

Les ragondins sont, eux, piégés par les chasseurs lors de campagnes de piégeage. Il est donc important de signaler leur présence par secteur.
A noter que c’est le propriétaire qui détient le droit de destruction des espèces nuisibles.

Formulaires d'inscription

Traitement des chenilles processionnaires du pinTélécharger le formulaire d'inscription
Traitement des chenilles processionnaires du chêneTélécharger le formulaire d'inscription

newsletter Inscrivez-vous et recevez
toute l'actualité de la ville de Séné !

Voir nos précédentes newsletters