Plantes invasives

Certaines plantes exotiques ont tendance à envahir nos espaces naturels, causant une importante baisse de la biodiversité.

La plupart du temps, les espèces végétales dites « invasives » sont échappées des jardins.

Chacun peut donc participer, à son niveau :

  • en participant aux chantiers d’élimination ;
  • en les éliminant soi-même de son jardin ou de son environnement.

 

Trois plantes à surveiller particulièrement

Le baccharis

Jusqu’à récemment, cette plante était vendue en jardinerie et se retrouvait dans les haies paysagères. Malheureusement, la prolifération de cette plante très bien adaptée aux sols salés modifie considérablement les paysages naturels. Les arbustes, pouvant atteindre plusieurs mètres de haut, ferment peu à peu le paysage, comblent les mares et vasières et appauvrissent la biodiversité en empêchant d’autres plantes de se développer. Le baccharis est particulièrement difficile à éliminer, tant son pouvoir de dissémination et sa capacité de colonisation sont grands.

A Séné, plusieurs zones humides littorales sont impactées, si bien que la commune et l’association Bretagne Vivante ont lancé une opération d’élimination du baccharis. Des bénévoles se retrouvent régulièrement pour des chantiers d’arrachage (coupes successives, dessouchages…).

Plus d’infos sur ces rendez-vous auprès de Daniel Lasne : daniellasne@orange.fr.

L’herbe de la pampa

Venue tout droit des vastes prairies d’Amérique du sud, l’Herbe de la pampa s’est récemment installée en Europe. Propagée, disséminée par les jardiniers et les horticulteurs, échappée des jardins et des parcs, l’Herbe la pampa envahit dorénavant les terres abandonnées et le littoral.  Elle entraîne des désordres écologiques importants.

Deux techniques sont privilégiées pour son élimination :

  • L’arrachage : mécanique ou manuel,  il consiste à extirper la plante du sol en emportant le maximum de racines.
  • Le bâchage de la souche : après avoir rabattu la plante au ras du sol, recouvrir la souche d’un carré de bâche agricole noire. Cela empêche la plante de capter la lumière et retarde voire annule la reprise de la plante.

Pour éviter sa dissémination en attendant de pouvoir arracher la plante : couper le plumeau de graines avant qu’elles n’arrivent à maturité, et les brûler (dans le barbecue du jardin, dans la cheminée).

La renouée du Japon

Vous l’avez certainement déjà vue au bord d’un cours d’eau ou dans une zone un peu humide, sans vous douter de la férocité de cette plante.

La renouée du Japon est une véritable peste verte, une des plus difficiles à éradiquer. Peu présente encore à Séné, elle tend malheureusement à se répandre en Morbihan. Il faut absolument éviter de la planter dans son jardin.

Pour aller plus loin

Lutter contre les plantes invasives en MorbihanConsulter le site du Conseil Départemental
Observatoire de la biodiversité et du patrimoine naturel en BretagneConsulter la page sur les espèces invasives

newsletter Inscrivez-vous et recevez
toute l'actualité de la ville de Séné !

Voir nos précédentes newsletters