Séné Territoire Engagé pour la Nature

Le 22 janvier 2024, Séné a été déclarée lauréate du dispositif « Territoire engagé pour la Nature 2023-2026 » (TEN).

Ce programme, porté par l’Office français de la Biodiversité et un collectif régional animé par l’Agence Bretonne de la Biodiversité, a pour but de valoriser des projets de territoires en faveur de leur patrimoine naturel.

Photo : ©Alexis Rondeau

Si Séné a obtenu ce label, c’est d’une part grâce aux actions menées de longue date avec la Réserve Naturelle des Marais de Séné, le Parc naturel régional du Golfe du Morbihan, ou pour l’accompagnement d’une agriculture durable sur le territoire, et d’autre part parce que l’équipe municipale souhaite accentuer encore ces efforts de préservation de la biodiversité.

Le réseau TEN regroupe aujourd’hui 29 collectivités dans toute la Bretagne, qui s’inspirent les unes et les autres avec des projets innovants, et sont accompagnées à la fois dans leur mise en œuvre et dans leur recherche de financements par l’Agence Bretonne de la Biodiversité (ABB).

Concrètement la commune de Séné a inscrit trois actions à réaliser d’ici la fin du mandat, en 2026 :

  • Elaborer un diagnostic écologique des habitats naturels de Séné ;
  • Mettre en place une stratégie de protection des insectes pollinisateurs ;
  • Procéder à une gestion durable des plages sinagotes.

Le choix s’est porté sur ces actions en particulier, afin de lutter contre l’érosion de la biodiversité dans tous les espaces naturels de la commune, et en priorité sur les espaces en gestion communale.
Le diagnostic des habitats naturels permettra à la fois de définir d’autres actions pertinentes pour les années futures, mais aussi pour les équipes municipales d’opérer des changements pertinents dans leurs pratiques de gestion des espaces naturels.

Agir pour les pollinisateurs dès 2024

Afin de faire face au déclin des pollinisateurs, la Ville lance dès 2024 le projet Pollini’Séné : il comprend plusieurs actions visant à favoriser leur présence dans les espaces verts communaux, mais aussi des outils permettant aux habitants de mieux les connaître et de mieux les accueillir sur leurs terrains.

Pour la mise en œuvre de ce projet, Séné bénéficie du Fonds vert (financement de l’État).

Les habitants invités à prendre part au projet

Au fil des mois, la population pourra observer de nouveaux aménagements paysagers dans les espaces verts communaux et sera interpellée par des panneaux pédagogiques. Des animations nature grand public seront proposées, ainsi que des interventions auprès des écoles.

Une charte pollinisateurs permettra également aux habitants, syndicats de copropriété ou entreprises qui le souhaitent de s’impliquer dans la démarche en gérant leurs espaces verts et jardins de façon à favoriser les pollinisateurs. La municipalité leur remettra en échange des mélanges de graines de fleurs de type “végétal local”, des conseils pratiques, et un petit panonceau de l’opération.

Pourquoi protéger les pollinisateurs est primordial ?

90% des espèces de plantes à fleurs dans le monde (IPBES, 2016) sont pollinisées par les insectes, et 84 % des espèces végétales cultivées en Europe dépendent directement d’eux également (Eilers et al., 2011). Des écosystèmes entiers sont donc en jeu, et notre sécurité alimentaire en dépend.

Les objectifs du projet sont multiples :

  • Favoriser les pollinisateurs dans les espaces verts et créer des connexions entre milieux naturels et espaces urbains ;
  • Valoriser le travail des agents d’entretien des espaces verts, en les rendant garants de la biodiversité des sites concernés ;
  • Faire connaître les pollinisateurs et impliquer dans leur préservation habitants, entreprises et administrations disposant de foncier (espaces verts, jardins).

Mais au fait, qui sont-ils ?

Le nombre d’espèces de pollinisateurs est estimé à 10 000 en France Métropolitaine (Plan National d’Actions « France terre de pollinisateurs), dont environ 900 espèces d’abeilles sauvages et 500 espèces de syrphes.

Les pollinisateurs sont à la base de nombreuses chaînes alimentaires (notamment des oiseaux), contribuent à recycler les matières organiques du sol et permettent le brassage génétique des espèces de plantes à fleurs, indispensable à leur maintien.

Cependant, comme bon nombre d’espèces vivantes, les pollinisateurs font face à un déclin généralisé. En Europe, 9% des espèces d’abeilles et de papillons sont menacées et les populations diminuent de 37 % chez les abeilles (IPBES, 2016).

Abeille domestique ou abeille sauvage ?

Lorsqu’on parle d’insectes pollinisateurs, la première pensée va bien souvent à l’abeille domestique dite « abeille à miel » (Apis mellifera).
Or, il ne s’agit que d’une seule espèce d’abeille parmi les 1000 espèces présentes en France Métropolitaine !

Les autres sont bien moins connues, car plus discrètes et ne produisant pas de miel en ruche comme l’abeille domestique. Elles jouent pourtant un rôle extrêmement important dans les milieux naturels : si l’abeille domestique est opportuniste, les abeilles sauvages sont généralement spécialisées, c’est-à-dire particulièrement adaptées à la pollinisation de certaines espèces floristiques.

Il existe également d’autres insectes pollinisateurs qui ne sont pas des abeilles : mouches, papillons, cétoines…

Photo : ©Aurélia Lachaud

newsletter Inscrivez-vous et recevez
toute l'actualité de la ville de Séné !

Voir nos précédentes newsletters